Rechercher

RENCONTRE AVEC CHRISTOPHE BOURRISSOUX PROPRIÉTAIRE DE L'HÔTEL RESTAURANT LE RÉSINIER.

Mis à jour : 15 nov. 2018


RETRANSCRIPTION DE L'INTERVIEW RÉALISÉE DANS LE CADRE DE L'ÉMISSION AU COEUR DU BIZ POUR LA WEBRADIO DE BORDEAUX.



"Je leur dis toujours « travaillez votre excellence »... L'excellence au service de tout le monde, c'est ce qui va nous faire progresser tous ensemble."



Je suis Christophe BOURRISSOUX, propriétaire de ce lieu magique depuis 18 ans, nous avons acheté en avril 2000 et aujourd'hui nous sommes très heureux de l'évolution de cette maison en termes de chiffre d'affaires parce que nous avons vraiment évolué.


En termes d'emploi, nous avons créé 30 postes, nous faisons beaucoup de formations et nous sommes attachés à la formation de nos jeunes, à leur donner un savoir et le maximum de diplômes.


LE PROJET, LE RÊVE...


C'est un rêve d'homme, moi j’ai deux CAP, un CAP de cuisine et un CAP de pâtissier, j'ai toujours rêvé d'avoir un hôtel restaurant dès l'âge de 16 ans, quand je commence à l'école hôtelière à Arcachon, je me dis « tu auras un hôtel restaurant ».



L'HISTOIRE...


J'ai continué à tourner dans la région, à chercher, j'ai visité je pense tous les hôtels et restaurants qui étaient à vendre et puis un jour je tombe sur Le Barp, un village de 2000 habitants, une maison, qui est une belle maison mais qui est en fin de vie parce que les propriétaires sont deux actionnaires qui ne s'entendent plus et moi j'arrive au bon moment, le prix est ce que je peux mettre, la maison que je vais racheter, je peux la tenir et je vois des perspectives d'avenir pour cette maison, exceptionnelles.


Donc à ce moment-là, nous nous lançons et le banquier me fait confiance et grâce à lui nous avons pu monter notre business et commencer à réaliser ce que j'avais toujours eu envie de faire, un hôtel restaurant de qualité reconnu dans la région.




Ça peut être pour des repas de couple, des repas d'entreprise, des repas entre amis. Nous avons vraiment axé ce lieu pour dire : on va rentrer dans une ère où l'on a compris que le bien-être était important, le temps, le temps de prendre le temps et nous allons axer tout notre développement sur cet axe là.


LE CONSEIL...


Je dirais qu'aujourd'hui tout est possible et même de nos jours quand tu veux quelque chose, tu peux l'obtenir, et moi j'ai toujours rêvé d'avoir ce restaurant. Donc quand tu sais où tu veux aller, c'est plus facile d'arriver.



LA FORMATION...


Le souci de notre société c'est qu'aujourd'hui nos jeunes ne savent pas où ils vont, ils touchent à plein de choses, c'est très sympa, mais ils perdent du temps. Je pense qu'ils perdent du temps à aller à droite, à gauche.

Aujourd'hui, moi je fais beaucoup de formations avec les jeunes et je leur donne la possibilité de faire plusieurs diplômes dans cette maison parce que moi ce qui m’a manqué, on l'a bien compris avec deux CAP, il y a une partie gestion que je n'ai pas eue et que j'ai appris sur le terrain et je dis, maintenant essayez de vous sur-diplômer parce que la concurrence est rude et plus vous aurez de bagages dans vos poches, plus ce sera facile de discuter avec un banquier, de discuter avec des gens qui font de la communication, de discuter avec vos clients, de discuter aussi avec vos employés.

Vous aurez une vue d'ensemble de ce que cela peut devenir pour vous.


Non, nous essayons de construire une vie globale, je n'ai aucune prétention mais moi ce que je veux c’est que tous mes collaborateurs soient bien autour de moi et s'ils ont le sourire en arrivant, eh bien moi je suis heureux.


L'HUMAIN...

Yvan, c'est notre jeune trisomique qui est là avec nous depuis quatre ans. C'est une rencontre avec un jeune handicapé qui n'était pas Yvan, qui est venu chez nous en stage, et en fin de compte cela a plu à tout le monde de s'occuper de quelqu'un de différent et nous nous sommes dit « on peut y arriver » et Yvan est arrivé suite à ça et nous avons commencé à travailler avec plein d'intervenants.


En fin de compte, il y a eu l’Etat qui fait en sorte de bien s'occuper de nos jeunes trisomiques et handicapés en général, il y a le centre de formation, le CFA, qui a joué le jeu, et nous. Donc avec ces trois parties, nous avons réussi pendant deux ans à faire en sorte qu’Yvan trouve son rythme de travail dans l'entreprise. Nous avons fait des essais, le midi, le soir, le week-end et une fois qu'on a eu trouvé son rythme de travail, nous avons réussi à lui faire faire un CAP de serveur, donc il a des acquis il n'a pas tout mais il a des acquis et suite à cela, il a fait deux ans de formation, et maintenant nous l'avons embauché en CDI à 25 heures chez nous et nous allons essayer maintenant de lui trouver un appartement et de l'accompagner dans sa vie d'homme.


Tout ça, ça a changé notre façon de dire les choses à l'équipe parce que nous sommes dans un métier assez violent, il y a un coup de feu, c'est toujours très tendu entre la salle et la cuisine et Yvan, lui il est toujours généreux, toujours souriant, il est toujours dans l'empathie avec les autres et nous ça nous a bouleversé tous et ça nous a aidé à dire les choses, on peut dire les choses différemment et ça a apaisé tout le monde en fin de compte.


Donc ce gamin il nous a fait gagner beaucoup de sérénité par rapport à son handicap en fin de compte. C'est une belle réussite pour nous c'est une belle réussite des deux côtés. Ce n'est pas que grâce à nous, c'est aussi lui qui nous a apporté tellement de choses qu'on ne peut pas retranscrire mais nous, nous savons qu’il nous a apporté beaucoup de choses, c'est une vraie réussite et je le conseille à tous les chefs d'entreprise qui veulent faire le pas, qu’ils viennent me voir parce qu'honnêtement il y a vraiment des ressources cachées dans ces gamins qu'on a du mal à soupçonner mais vraiment quand ils sont là, c'est un bonheur.


MANAGEMENT...


Moi je dis, ne soyez jamais satisfait. On se remet toujours à travailler, on n’est jamais satisfait de ce que l'on fait. Moi je ne suis jamais satisfait. Alors c'est compliqué parce qu'à un moment il faut l'être satisfait, tant qu'on n'est jamais satisfait, ça veut dire qu'on continue à travailler. Le jour où l'on n'a plus peur de rien, eh bien je pense qu'on est sur le déclin où il faut passer la main, mais moi tant que je serai à la tête de cette maison, je ne serai jamais satisfait.


C'est dur de dire ça alors que je suis super satisfait de ce qu'ils font et de la maison mais il ne faut jamais être satisfait parce que si tu es satisfait, à un moment donné tu ne vas plus voir ton verre qui est de travers, et tout ça, je pense que ça mène vers l’excellence de chacun.

Moi je leur dis toujours « travaillez votre excellence », moi vos côtés négatifs je ne les veux pas mais l'excellence au service de tout le monde, c'est ce qui va nous faire progresser tous ensemble.

L'EQUIPE...


Il n'y a pas qu'un joueur dans l'équipe, il n’y a pas que Christophe BOURISSOUX, il y a toute une équipe et j'ai eu des moments plus difficiles dans ma vie d'homme, dans ma vie personnelle de chef d'entreprise aussi mais ce sont des combats avec des banques, et là tu sens que l'équipe est avec toi, quand ça va pas eh bien les mecs sont là « mais chef, on est là ». Quand j'étais très fatigué parce qu'il y a eu des périodes où je travaillais beaucoup, ce sont mes jeunes qui me disaient « chef ce soir vous n'êtes pas la, prenez du repos », au même titre que moi je le fais quand je les sens fatigués, l'équipe est vraiment présente.


L'AVENIR...


Et pour ça, dans l'avenir de la maison, on aimerait avoir une maison des salariés, maison des apprentis, une maison familiale, et j'ai envie de créer un lieu où c'est une petite pépinière de jeunes qui deviendront des talents ou pas, on va leur donner une vraie valeur de la vie et de notre métier. Donc ça ce sont des projets que l'on va créer à côté et peut-être là en équipe, on a plein de projets mais peut-être qu'il y en a un, un jour, qui sera directeur de cette maison.

Voilà un peu l'axe futur de la maison.


www.leresinier.com

www.webradio-bordeaux.com

WWW.WEBRADIO-BORDEAUX.COM

  • Soundcloud

EMOOSO, LA WEBRADIO DE BORDEAUX

RADIO DIGITALE DE NOUVELLE AQUITAINE

© Crédits IMAGES